Imam Ali (as)

28 février 2010 at 3 h 18 min

Imam Ali (as),

Nom : Ali
Titre : Mourtadha, Amiroul Mo’ménine
Kounyat : Aboul Hassan
Père : Abou Tàlib (Imran)
Mère : Bibi Fatima bint Asad
Naissance : 13 Rajab – 23 Av. Hégire (600) à Makka – (Kaaba)
Décès : 21 Ramadan 4O Après Hégire (660)
Naissance :
Le 13 Rajab de l’année 30 Ap. Amoul fil (Année de l’éléphant- l’an 600), Fatima bint Asad est allée vers la Kaaba pour prier d’obtenir la naissance sereine de l’enfant qu’elle attendait. Elle s’approcha du mur opposé à la porte et s’inclina pour prier. Soudain le mur s’est fracturé (cette fissure est encore là de nos jours) et l’a laissée entrer avant de se refermer de lui-même. La nouvelle de cet événement se répandit à Mekkà et les clés de la porte de Kaaba furent apportées pour essayer de l’ouvrir. Les clés n’ont pas servi.
Durant cet évènement, le Prophète Mohammad (as) était hors de Makkà et à son retour, trois jours plus tard, est allé au Kaaba. Le verrou s’est ouvert et il prit l’enfant de Fatima bint Asad et c’est là que Imam Ali (as) ouvrit ses yeux pour la première fois. La mère d’Imam Ali (as) l’avait appelé Haidar et Asad, mais le Prophète l’a nommé ALI (as) disant que c’était un nom venant d’Allah.
C’est la seule occasion connue de la naissance d’un enfant dans Kaaba depuis que ses fondations ont été mises.
Aussitôt après la naissance d’Imam Ali (as), le Prophète l’a pris chez lui pour l’élever comme son propre fils. Le Prophète le nourrissait, le lavait et l’habillait. Plus tard, l’Imam a dit : « J’étais encore un jeune enfant quand le Prophète me prit de mes parents. Je me suis attaché à lui. Chaque jour un nouvel aspect de son caractère m’éclairait et je l’acceptais et le suivais comme un ordre ».
Sa Personnalité :
Les exemples suivants de sa vie montrent quelques aspects de sa personnalité.
Dans la bataille de Jamal, en plein combat, le serviteur de notre Imam; appelé Qambar, apporta une boisson fraîche en disant : « Mawla, le soleil est très chaud et vous avez combattu constamment. Rafraîchissez-vous par cette boisson ».
Imam Ali (as) a répondu : » Puis-je me rafraîchir quand autour de moi des centaines sont allongés, blessés et mourrant de soif. Au lieu de m’apporter une boisson, servez-en à quelques hommes blessés ». Qambar dit : » Ils sont tous nos ennemis ». Imam a répondu : » Qambar ! Soit, mais ce sont des êtres humains, assistez-les ».
Imam Ali (as) avait deux serviteurs : Qambar et Saïd. Après le martyr de notre Imam, Qambar dit qu’il avait très rarement l’opportunité de servir son Mawla. Il dit qu’Imam faisait lui-même tous ses travaux, même laver ses propres linges et les raccommoder, si nécessaire. Il tirerait lui-même l’eau du puits. Imam Ali (as) leur donnait de la bonne nourriture et linge alors que lui-même mangeait et s’habillait comme un pauvre.
C’est seulement après son « Shahadàt » que le monde pût savoir qu’il s’occupait d’un lépreux le visitant chaque jour, le nourrissant et soignant ses plaies. Quand le lépreux apprit la mort d’Imam, il mourut sur place.
Durant la guerre, aucun ne pouvait rivaliser son courage et son expertise. Il fut le héros de toutes les batailles de l’Islam.
Les Trois phases de la vie d’Imam(as) :
1-De l’enfance à la mort du Prophète
2-De la mort du Prophète à son Khalifat
3-Du Khalifat au Martyre.
1-Vingt trois ans de lutte pour l’établissement d’un système islamique.
Imam Ali (as) était le « bras droit » du Prophète, compagnon de confiance, héro de toutes les batailles dont les victoires furent achevées grâce à la foi, au bravoure et à l’enthousiasme d’Imam Ali (as) pour le sacrifice. Les caractéristiques les plus dominantes d’Imam Ali (as) durant ces jours étaient son courage, sa bravoure et son sacrifice en allégeance totale au Prophète (saw) et dans la voie de l’Islam
2- Vingt cinq ans à préserver l’Unité de l’Islam.
Les historiens ont enregistré qu’après la mort du Prophète (saw), Abou Soufiyane vint vers Imam Ali (as) en disant que le Kalifa est le droit de l’Imam et que s’il le désirait ainsi, Abou Soufiyane remplirait les rues de Madina avec les soldats. Imam Ali (as) a répondu qu’il considérait l’unité de la « Oumma » plus importante.
3-Cinq années de lutte pour établir une justice sociale.

Au mois de Zilhajj 35 Ah.(l’an 655), les musulmans , après en avoir eu assez de toutes les injustices apportées par les Khalifats précédents, ont exhorté Imam Ali (as) d’accepter le Khalifat et ont prêté serment d’allégeance. Imam a dévoué l’entière période pour mettre en oeuvre la justice sociale et à déraciner le système de classe sociale que les Kalifa ts précédents ont essayé d’installer. Il a dû faire face à une forte opposition et fut finalement martyrisé durant le mois du Ramadan 40 Ah. (L’an 660)
Le Martyre.
« Demain vous reverrez mon temps et mes pensées profondes vous seront révélées. Alors vous me reconnaîtrez après que j’aurais quitté ma position et un autre aurait pris ma place ». Imam Ali (as).
Après la bataille de « Nahrwane », quelques ennemis restants, les Kharéjites se sont réfugiés à Makka.
Qui sont les Kharéjites ?
Ce sont ceux qui croient que tous les croyants sont de même position et qu’aucun ne doit exercer une autorité sur un autre. Ils ont bâti leur credo avec « Là hukm illa Allah » (Aucun jugement sauf celui d’Allah). Ils croient qu’il ne devrait pas y avoir d’Imam (leader) ou de Kalife et aucune allégeance ne doit être formulée vers un être humain. Ils se sont formés après la bataille de Siffine où ils ont blâmé Imam Ali (as) d’accepter un jugement humain et donner une chance à l’ennemi (Mouàwiyà) de se redresser. Imam (as) leur a indiqué qu’ils étaient dans l’erreur (péché) car eux ont refusé de continuer à se battre contre Mouàwiyà quand ils ont vu le Coran sur les lances et il n’avait plus le choix que de rappeler Maliki Ashtart qui était sur le point de gagner une victoire complète.
Plus tard, ce sont eux qui ont contraint Imam Ali (as) d’accepter un arbitre. Pour cela, ils ont admis leur culpabilité et ont dit qu’ils se sont repentis et qu’il (Imam Ali) devrait faire de même. Imam a dit qu’il n’a commis aucun péché de sa part.
Les Kharéjites qui avaient fuit vers Makkà et voulant venger leurs morts tombés à Nahrwàne, ont comploté d’assassiner Imam Ali (as), Mouàwiyà et Amr bin Aass. Les trois les plus décidés d’entre eux se sont portés volontaires :
1-Abdour Rahman bin Mouljim, pour tuer Imam Ali (as),
2-Bourk bin Abd Allah, pour tuer Mouàwiyà,
3-Amr bin Bakr, pour tuer Amr bin Aass.
Ils ont choisi le 19 Ramadan 40 après héjiri pour leurs forfaits en jurant qu’ils accompliraient leur mission ou qu’ils périraient. Bourk bin Abd Allah, à son arrivée à Damas le jour convenu a mis au point son plan pour poignarder et tuer Mouàwyià, mais son arme (sabre) s’est glissé et Mouàwyià fut seulement blessé. Bourk fut attrapé, torturé et tué.
Amr bin Bakr en Egypte est allé tuer Amr bin Aass, mais ce jour, Amr bin Aass ne vint pas à la mosquée et avait envoyé son représentant pour conduire la prière . Celui-ci fut tué ainsi qu’Amr bin Bakr.
Abdou Rahman bin Mouljim arriva à Kouffa comme prévu. Là, il tomba amoureux d’une femme appelé Qoutouam qui haïssait Imam Ali (as) (son père et frère ont été tué par Imam Ali pour l’Islam). Elle était très belle et accepta de se marier avec Abdou Rahman bin Mouljim sur trois conditions :
1-3000 Dirhams
2-Un esclave mâle ou femelle
3-La mort d’Imam Ali (as).
Même si Abdou Rahman est venu à Kouffa pour tuer Imam Ali (as), ceci stimula sa détermination. Qoutouam, pour aider Abdou Rahman a demandé à deux hommes de sa tribu de l’assister.
19 Ramadan 40 A.H
Imam Ali (as) avait prophétisé sa mort plusieurs jours auparavant. Le Prophète l’avait également prophétisé et avait dit : » Ô Ali, je vois devant mes yeux ta barbe couverte de sang de ton front ».
Quand Imam Ali (as) quittait la maison le matin du 19 Ramadan, les oiseaux domestiques ont commencé à faire un grand bruit. Lorsque le serviteur est venu les calmer, Imam a dit : » Laissez-les tranquille, car leurs cris sont les lamentations sur ma mort très prochaines.
Quand il est arrivé à la Mosquée de Kouffa pour ses prières du matin, il réveilla tous ceux qui dormaient là, Abdou Rahman bin Mouljim inclus, qui dormait à plat ventre, cachant son sabre empoisonné.
Imam Ali (as) le dit qu’il était mauvais de dormir face à terre et qu’il avait un sabre sous ses vêtements qu’il allait l’utiliser pour de mauvaises intentions.
Puis, Imam Ali (as) dit l’Azàne (Appel à la prière) et se mit à conduire la prière. Au premier rakaat, alors qu’il se relevait du sajdà, il a été frappé sur la tête avec le sabre empoisonné par ibn Mouljim, qui causa une profonde blessure.
Dans la confusion, ibn Mouljim s’est enfui. Imam a fini son second soujoud et demanda à Imam Hassan (as) de terminer la prière. Il prononça les mots  » Fouztou birabbil Kaaba » (Le Seigneur de la Kaaba m’a couronné de succès).
Le meurtrier fut attrapé et emmené devant Imam Ali (as). Quand Imam a vu les cordes attachant ibn Mouljim trop serrées, il ordonna qu’elles soient rendues moins serrées et dit aux musulmans de le traiter humainement. En entendent cela, ibn Mouljim commença à pleurer ; Imam l’a dit : « Il est trop tard pour se repentir. Est-ce que j’étais un mauvais Imam ou un gouverneur injuste ? Il a ordonné qu’ibn Mouljim ne soit pas torturé.
Imam Ali (as) a été emmené chez lui et quand il a vu le lumière du jour il dit : » Ô jour ! Tu pourras témoigner que jamais de la vie de Ali, tu ne m’as trouvé endormi alors que tu te levais ».
Imam Ali (as) mourut deux jours plus tard le 21 Ramadan 40 A.H, succombant à sa blessure. Il fut inhumé à Nadjaf par Imam Hassan (as) et Imam Hussein (as).

Quelques Hadiths tirés de Târîkh al-Kholafâ’,
de Jalâl-ul-Dîn As-Suyûtî Concernant les mérites de Ali (as)
1. Ahmad Ibn Hanbal dit : « Ce qui nous a été transmis concernant les mérites de Ali, n’a été égalé par les mérites d’aucun des Compagnons du Messager de Dieu ». (A1-Hâkim)
2. Citant Ibn `Abbâs, Ibn Asâkir atteste : « Le livre de Dieu n’a révélé à propos d’aucune autre personne autant qu’il a révélé concernant Ali. Trois cents versets ont été révélés au sujet de Ali
3. A1-Tabarânî et Abû Hatim rapportent qu’Ibn `Abbâs a dit: « Jamais le Seigneur n’a révélé les termes « Ô vrais Croyants » sans que Ali (as) y soit compris comme étant leur maître et leur chef. Le Seigneur a réprouvé à divers endroits les Compagnons du Prophète, mais il n’a jamais mentionné Ali (as) sans approbation ».
4. A1-Tirmithî, AI-Nasâ’î et Ibn Majah, citant Habchi Ibn Jonada, ont rapporté que le Messager de Dieu avait dit : «Ali est de moi et je suis de Ali».
5. A1-Tabarânî rapporte, dans « Awsat », citant Jâbir Ibn `Abdullâh, que le Messager de Dieu a dit : « Les gens sont de souches diverses, mais moi et Ali (as), sommes d’une seule souche ».
6. A1-Tabarânî rapporte dans « Awsat » et « Çaghîr » qu’Oum Salma a relaté : « J’ai entendu le Messager de Dieu dire : « Ali (as) est avec le Coran et le Coran est avec Ali (as). Ils ne se sépareront pas avant qu’ils arrivent à la fontaine de Kawthar au Paradis ».
7. Ibn Sa`d rapporte que Ali (as) a dit : « Par Allah, jamais un verset du Coran n’a été révélé sans que je voie maintenant ce qu’il a révélé, où il a été révélé et à propos de qui il a été révélé, car mon Seigneur m’a doté d’un cœur sage et d’une langue éloquente ».
8. Ibn Sa`d et d’autres rapportent d’Ibn Tofayl, que Ali (as) a dit: « Interrogez-moi sur le Coran, car il n’y a pas un verset dont je ne sache pas s’il a été révélé la nuit ou le jour, dans les plaines ou sur les montagnes ».
9. A1-Tirmithî et al-Hâkim rapportent de Ali (as) que le Prophète a dit : « Je suis la Cité du Savoir, et Ali (as) en est la Porte ».
10. Ibn Mas`ûd rapporte que le Prophète a dit : « Regarder Ali (as) est un acte de dévotion ».

Entry filed under: AMIR AL MOUMININE ALI IBN ABI TALEB. Tags: .

Le Prophète par Lui-Même 50 hadiths de Imam Ali (as)


Archives

Archives

février 2010
L M M J V S D
    Mar »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728

Blog Stats

  • 127,960 hits

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

Rejoignez 30 autres abonnés

Principaux clics

  • Aucun

%d blogueurs aiment cette page :